twitter facebook chevron-right
Assemblée nationale

François de Rugy élu président de l'Assemblée nationale

Les députés de la XVe législature ont élu leur nouveau président : François de Rugy (REM) l'emporte dès le premier tour, devant ses concurrents Laure de La Raudière (CRUI), Laurence Dumont (NG), Jean-Charles Taugourdeau (LR) et Caroline Fiat (FI).
11 min
AFPAFP


  • Les infos clés :
  • François de Rugy élu président de l'Assemblée :

    François de Rugy a été élu à la présidence de l'Assemblée nationale avec 353 voix sur 543 suffrages exprimés.

    Il affrontait Jean-Charles Taugourdeau, candidat du groupe Les Républicains, qui a rassemblé 94 voix, Laure de la Raudière, candidate du groupe Les Constructifs : Républicains, UDI et indépendants (CRUI), qui a obtenu 34 voix, Laurence Dumont, candidate du groupe Nouvelle Gauche (le nouveau nom du groupe socialiste), qui a totalisé 32 voix et Caroline Fiat, candidate de la France insoumise, qui a eu 30 voix.

    >> Retrouvez en intégralité le discours du nouveau président de l'Assemblée nationale :

    Sept groupes parlementaires (pour l'instant) :

    La République en marche, présidé par Richard Ferrand.
    MoDem, présidé par Marc Fesneau.
    Les Républicains, présidé par Christian Jacob.
    Nouvelle Gauche, présidé par Olivier Faure.
    Les Constructifs : Républicains, UDI et indépendants, co-présidé par Franck Riester (LR) et Stéphane Demilly (UDI).
    Gauche démocrate et républicaine, présidé par André Chassaigne.
    France insoumise, présidé par Jean-Luc Mélenchon.



    • Revivez en direct l'ouverture de la XVe législature :

    18h00 - Bridey (REM) nommé président de la commission de la défense

    Selon nos informations, Jean-Jacques Bridey, député REM du Val-de-Marne, est nommé président de la commission de la défense. Roland Lescure, député REM des Français de l'étranger, est nommé président des affaires économiques.

    17h00 - François de Rugy élu président de l'Assemblée nationale

    Le député de Loire-Atlantique, candidat officiel de La République en marche, a été élu sans peine avec la majorité absolue des suffrages dès le premier tour avec 353 voix. Suivent Jean-Charles Taugourdeau (LR), 94 voix, Laure de la Raudière (CRUI), 34 voix, Laurence Dumont (NG), 32 voix et Caroline Fiat (FI), 30 voix.

    16h44 - Dussopt met en cause le "comportement assez indigne" des responsables socialistes vis-à-vis de Valls

    Le député de l'Ardèche, proche de Manuel Valls, a affirmé que "la rupture entre (l'ancien Premier ministre) et le Parti socialiste était consommée depuis maintenant quelque temps".

    Olivier Dussopt a également évoqué le changement de nom du groupe socialiste, désormais nommé "Nouvelle gauche", afin de "montrer que des leçons ont été tirées".

    16h36 - Dupont-Aignan et le retour au "XIXe siècle"

    Nicolas Dupont-Aignan a confirmé qu'il allait siéger à l'Assemblée nationale en tant que non inscrit. Le candidat malheureux à l'élection présidentielle a également mis en cause les députés de La République en marche, qui devraient voter "la loi d'habilitation pour les ordonnances" ce qui devrait selon lui "organiser la pire régression sociale du siècle."

    [Archives] Retour sur ces présidents qui ont marqué l'Assemblée nationale

    15h16 - Des insoumis votent sans cravate

    Alors que la coutume veut que les députés hommes siègent à l'Assemblée dans une "tenue respectueuse de lieux", à savoir le port d'une cravate et d'une veste, plusieurs parlementaires de la France insoumise ont commis une petite entorse à cette règle non-écrite.

    À l'image, les députéis FI Alexis Corbière, Éric Coquerel, Jean-Luc Mélenchon, François Ruffin et Ugo Bernalicis.

    "Une provocation un peu ridicule", critique le député frontiste Sébastien Chenu, venu lui avec une cravate autour du cou.

    Réponse de François Ruffin, député FI de la Somme :

    15h00 - Le discours de Bernard Brochand

    Honneur au plus ancien des anciens : le député LR Bernard Brochand, 79 ans, a eu le privilège d'ouvrir cette XVe législature.

    14h48 - Tous les "constructifs" ne voteront pas la confiance

    Franck Riester , coprésident du groupe des Constructifs : Républicains, UDI et Indépendants (CRUI) , a affirmé toutefois qu'aucun de ses collègues ne votera contre le gouvernement. "Il y a un seul objectif pour les Français, c'est que leur situation s'améliore : on veut y contribuer", assure-t-il.

    14h40 - L'initiative d'un huitième groupe des "constructifs de gauche" avortée

    La réunification annoncée n'aura pas lieu. La création d'un pôle des progressistes de centre-gauche n'aura pas lieu ce mardi à l'Assemblée nationale. Les radicaux de gauche et de droite n'auraient pas réussi à s'entendre avec les trois élus régionalistes corses pour former un groupe idéologiquement homogène. "Il était possible de créer un groupe arithmétiquement, mais il faut avoir un minimum de cohérence", explique Olivier Falorni (Divers gauche), qui se dit "trop différent" des élus corses.

    Pour François-Michel Lambert, qui siégera finalement dans le groupe La République en marche, les parties en présence ont "manqué de temps" pour se mettre d'accord et "le poids des vieilles histoires" était encore trop important selon lui.

    Au sein du groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste (RRDP), qui a perdu de nombreux élus le 18 juin, on ne désespère cependant pas de réunir assez de signatures pour former un groupe avant 18 h.

    14h30 - Ferrand précise que les postes clés de l'Assemblée seront remis en jeu à mi-mandat

    Lors d'un point presse avec les journalistes, le patron des députés REM a expliqué que les mandats clés à l'Assemblée nationale dureront deux ans et demi. En clair, fin 2019, lui-même ainsi que le prochain président de l'Assemblée nationale (s'il s'agit de François de Rugy) et les présidents de commission remettront en jeu leur poste par souci de renouvellement.

    14h20 - "La parité, ça doit se faire aussi à compétences égales" selon Pompili

    L'ancienne ministre écologiste Barbara Pompili, désormais députée REM, s'est réjouie de la désignation par la majorité présidentielle de François de Rugy comme candidat à la présidence de l'Assemblée nationale. Selon elle, il se détachait "clairement sur le projet" par rapport à ses concurrents Sophie Errante, Brigitte Bourguignon et Philippe Folliot. "La parité, ça doit se faire aussi à compétences égales. Ça aurait été aussi une forme de sexisme de choisir quelqu'un parce qu'elle était femme alors qu'on avait une personne objectivement meilleure", a-t-elle ajouté.

    14h19 - Mélenchon qualifie François de Rugy de "renégat"

    Jean-Luc Mélenchon, le président des députés FI, a évoqué la candidature de François de Rugy à la présidence de l'Assemblée nationale. Selon lui, le groupe REM est "une importante machine à recycler les anciens et en particulier les renégats" : "Tous ceux qui ont à un moment ou à un autre trahi leur camp sont les bienvenus à En marche! et dans les postes de responsabilité."

    14h15 - Chassaigne prend la tête d'un groupe communiste (légérement) renforcé

    Le député communiste André Chassaigne annonce la reconduction du groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR). Créé en 2012, il était constitué de quinze membres dans la précédente législature avec onze députés PCF et quatre des Outre-mer. Cette fois-ci, pour cette nouvelle législature, il sera constitué de seize membres, le député indépendantiste de Polynésie française Moetai Brotherson s'étant ajouté au total. Il est le premier député indépendantiste élu en Polynésie française.

    14h14 - Le groupe REM nomme 4 porte-parole

    Hervé Berville, Aurore Bergé, Stanislas Guerini et Olivia Gregoire sont nommés porte-parole du groupe La République en marche.

    13h50 - Caroline Fiat (FI) candidate au perchoir

    La députée de Meurthe-et-Moselle a été désignée candidate de la France insoumise à la présidence de l'Assemblée nationale, a annoncé Jean-Luc Mélenchon.

    12h32 - Abad et Duby-Muller nommés premiers vice-présidents du groupe LR

    Candidat malheureux à la présidence du groupe Les Républicains, le député de l'Ain Damien Abad est nommé premier vice-président aux côtés de Virginie Duby-Muller, députée de Haute-Savoie.

    12h11 - Le groupe socialiste change de nom

    Olivier Faure, le chef de file des députés socialistes, l'a annoncé lors d'une conférence de presse : le groupe qu'il préside se nommera groupe Nouvelle gauche. C'est la première fois depuis 1958 que le groupe ne se réfère plus au socialisme.

    11h23 - Franck Riester nommé co-président des Constructifs

    Le député Les Républicains Franck Riester est nommé co-président du groupe Les Constructifs, aux côtés de l'élu UDI Stéphane Demilly .

    8h10 - Manuel Valls quitte le PS

    L'ancien Premier ministre a annoncé sur RTL qu'il quittait le Parti socialiste. A l'Assemblée nationale, il sera député apparenté La République en marche.