twitter facebook chevron-right
élections législatives 2017

DOCUMENT LCP - Jean-Luc Mélenchon veut des députés “insoumis” aux ordres

Pas de liberté de vote, "comportement exemplaire" et adhésion obligatoire à la charte d’Anticor : les "Insoumis" n'auront qu'à bien se tenir, à lire le projet de charte rédigé pour les futurs candidats aux législatives.
Moins de 2 min
AFPAFP

Qu'on se le dise : il n’y aura pas de frondeurs dans le groupe parlementaire des “Insoumis” que Jean-Luc Mélenchon souhaite obtenir en 2017 ! LCP s'est en effet procuré le projet de charte que les candidats devront signer avant leur investiture aux législatives. Un document que nous vous proposons ci-contre.

Projet charte les Insoumis.pdfVoir

Le groupe des députés doit être entièrement au service de la mobilisation du peuple, l’éclairer, l’accompagner, la nourrir, porter sa parole dans l’hémicycle et par les votes” peut-on lire dans ce document qui précise : “Il ne peut donc évidemment s’agir d’un groupe de député-e-s agissant selon leurs seuls choix personnels, ne rendant de compte à personne et ne respectant aucune discipline d’action collective”.

Une pique à peine voilée à l’actuel groupe GDR de l’Assemblée nationale où la liberté de vote est totale pour les députés, et ce depuis 1992.

Dans son projet de charte, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon détaille les obligations des députés qui seraient élus sur son étiquette : “Ceux qui accepteront cette investiture s'engagent à soutenir Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle, faire campagne sur le même programme national, se rattacher à l’association de financement 'La France insoumise', siéger au sein du groupe, respecter la discipline de vote du groupe lorsqu’une décision collective a été prise.”

Signature de la charte Anticor

Les députés de la "France Insoumise" devront également observer “un comportement exemplaire”. Ce qui se traduit par “la signature de la charte de l’association Anticor, renoncer à leur mandat local, lutter contre toutes les dépenses somptuaires et contre tout ce qui serait un privilège en adéquation avec la fonction d’élu”, par exemple.

Dans cette charte, le candidat à la présidentielle lance enfin un appel aux candidatures venues de la société civile. “Les syndicalistes, les militants, associatifs, les chercheurs et intellectuels engagés, les féministes, les écologistes, les paysans, les militants des quartiers populaires sont invités à se porter candidat” précise le document.