twitter facebook chevron-right
front national

Le Front national sera rebaptisé "Rassemblement national", annonce Marine Le Pen

Réélue présidente du parti qu'elle dirige depuis 2011, la députée du Pas-de-Calais a justifié ce changement, qui devra être validé par les adhérents, par une nécessité de "mettre en oeuvre des alliances" avec d'autres formations politiques.
5 min
LCPLCP

C'était devenu, selon elle, un "frein psychologique" : Marine Le Pen a proposé dimanche de renommer le FN "Rassemblement national". L'annonce, qui était attendue, a été faite lors du discours de clôture du "congrès de la refondation" du Front national, qui se tenait à Lille.

Ce nouveau nom devra toutefois être validé par un "vote de tous les adhérents", a expliqué Marine Le Pen. Le Rassemblement national conservera la flamme tricolore pour logo.

"Gagner sans alliances est ardu"

"On fait front contre quelque chose, ou quelqu'un, rarement pour ou avec", a justifié Marine Le Pen, qui a été réélue présidente de sa formation politique avec 100% des suffrages exprimés.

Le nouveau nom du parti devra être "un cri de ralliement, un appel à nous rejoindre", a expliqué la députée du Pas-de-Calais, qui a défendu dimanche la nécessité de faire à l'avenir des "compromis" dans le but de se rapprocher d'autres formations politiques :

Sous la Ve République (...) gagner sans alliances est ardu. Nous l'avons vu aux (élections) régionales.Marine Le Pen

Marine Le Pen a évoqué les prochaines échéances électorales, et particulièrement les élections européennes : elle espère fédérer une "grande coalition des nationaux" face au "projet de l'Union européenne, défendu par M. Macron et soutenu par MM. Juppé et Cohn-Bendit". Car l'ancienne candidate à l'élection présidentielle est convaincue qu'"entre les deux, il n'y aura rien".

"Nomades" contre "sédentaires"

Devant ses militants, Marine Le Pen a théorisé un "face-à-face entre les mondialistes et les nationaux", qui constitue selon elle "une version moderne de la lutte éternelle des nomades contre les sédentaires".

Une façon pour elle de mettre en cause "la France de M. Macron", mais aussi les "migrants" et les "expatriés fiscaux" :

Le nom même du mouvement de M. Macron, En Marche, témoigne de cette appétence, non pour le voyage, mais pour l'errance.Marine Le Pen

"Désert mental"

La présidente du Front national a ainsi critiqué ce qu'elle perçoit comme "un sans-frontiérisme et un immigrationnisme irréductibles". "C'est dans ce désert mental que prospère et prolifère l'islamisme", a-t-elle ajouté.

La députée du Pas-de-Calais a été particulièrement applaudie lorsqu'elle a affirmé que "l'immigration légale et illégale n'est plus tenable".

Avant d'ajouter :

"En France, quand on est étranger et délinquant, on doit reprendre l'avion !"Marine Le Pen

"En finir avec mai 68"

Marine Le Pen a par ailleurs mis en cause Daniel Cohn-Bendit, qui s'est "reconnu dans le projet d'Emmanuel Macron", avant de promettre d'"en finir avec mai 68".

La présidente du Front national a ainsi défendu la nécessité de "restaurer l'école, les enseignements fondamentaux et l'autorité des maîtres".

"L'Assemblée nationale est devenue une caricature"

Elle a également promis d'enrayer "le déclassement programmé des classes moyennes" et pris la défense des "petites lignes" de trains, "dernières nervures qui irriguent la ruralité" face à la "privatisation rampante de la SNCF".

Marine Le Pen s'est dite opposée à la future loi contre les "fake news" et a dénoncé le volonté du gouvernement de réduire le droit d'amendement des parlementaires. "L'Assemblée nationale est devenue une caricature", a martelé l'élue du Pas-de-Calais, défendant le "scrutin proportionnel aux élections législatives".

Plus tôt dans la journée, les militants s'étaient prononcés en faveur des nouveaux statuts du parti qui suppriment la fonction de président d'honneur, un poste qui était jusqu'alors occupée par Jean-Marie Le Pen.



>> A lire aussi : [SONDAGE] Les idées du Front national en perte de vitesse