twitter facebook chevron-right
Affaire Benalla

"Benalla et Crase avaient toute l'apparence de fonctionnaires de police"

Présent place de la Contrescarpe le 1er mai, le commandant de la CRS 15 a affirmé, devant une commission d'enquête réduite à peau de chagrin suite au départ de l'opposition, avoir appris le 19 juillet seulement qu'Alexandre Benalla et Vincent Crase n'étaient pas des policiers en civil.
3 min
LCPLCP

Il pensait qu'Alexandre Benalla était un policier. Le commandant de la CRS 15, Pierre Leleu, a livré vendredi sa version des événements qui se sont déroulés le 1er mai place de la Contrescarpe, pour lesquels l'ancien collaborateur de l'Elysée est mis en examen.

Devant les seuls députés MoDem et LREM (l'opposition avait annoncé la veille sa décision de boycotter les travaux de la commission d'enquête), le commandant divisionnaire a affirmé n'avoir appris que le 19 juillet - c'est-à-dire après les révélations du Monde - qu'Alexandre Benalla et Vincent Crase n'appartenaient pas aux forces de l'ordre.

Vincent Crase armé ?

Selon Pierre Leleu, Alexandre Benalla et Vincent Crase avaient "tout l'apparence de fonctionnaires de police" puisque le premier disposait d'un casque et d'une radio tandis que le deuxième disposait... "d'une arme de poing".

On ne s'est même pas posé la question. Pour nous, tout naturellement, il s'agissait de fonctionnaires de police.Pierre Leleu

Tout au long de son audition, le commandant de la CRS 15 a insisté sur le manque d'informations mis à sa disposition le 1er mai. Selon lui, personne ne l'avait "informé qu'il y avait des observateurs présents dans le dispositif" mis en place le 1er mai.

Pierre Leleu explique ainsi que ce sont "ses effectifs" qui ont interpellé le couple violenté par Benalla, avant de le "remettre" à ce qu'il pensait être deux policiers en civil. Il s'agissait en fait... d'Alexandre Benalla et Vincent Crase. "Ils se sont avérés ne pas être fonctionnaires de police", se désole, rétrospectivement, le commandant divisionnaire.

Une situation "sans difficulté" pour les CRS au moment de l'intervention de Crase et Benalla

A l'issue de son audition, Pierre Leleu a tenu a affirmer que son "unité manœuvrait sans difficulté" lors des événements survenus le 1er mai, si bien que l'intervention d'Alexandre Benalla et Vincent Crase "n'a pas apporté de plus-value significative".

L'audition du commandant divisionnaire s'est tenu dans un climat bien moins éruptif que lors des précédentes réunions de la commission d'enquête, puisque l'opposition avait décidé jeudi de ne plus participer à ses travaux.

Pendant plus d'une heure, les députés MoDem et LREM ont posé de nombreuses questions sur la violence des manifestants et notamment sur celle, supposée, du couple violenté. Ils ont également préféré insister sur la violence des Black blocs sur l'ensemble de la journée, à d'autres endroits de la capitale, plutôt que sur les faits survenus précisément place de la Contrescarpe.