twitter facebook chevron-right
Présidentielle 2017

Âge, revenu, religion... Les cinq clés du vote du 1er tour

Quel est le profil des électeurs des principaux candidats ? Les premières réponses apportées par une enquête* Ipsos/Sopra steria réalisée entre le 19 et le 22 avril.
2 min
Montage LCPMontage LCP

Cliquez ici pour découvrir les résultats du 1er tour de l'élection présidentielle dans votre ville.

Les seniors pour Fillon, les juniors pour Mélenchon

Pas moins de 45% des personnes âgées de 70 ans et plus ont donné leur voix à François Fillon. Un socle solide qui n'aura pas suffi pour qualifier le candidat LR au second tour de l'élection présidentielle. Quant aux 18-24 ans, ils se sont largement prononcés pour Jean-Luc Mélenchon (30%) et Marine Le Pen (21%), puis pour Emmanuel Macron (18%). L'ancien ministre de l'Économie réalise son meilleur score chez les 25-34 ans (28%).

À noter que l'électorat de Benoît Hamon compte deux fois plus de femmes (8%) que d'hommes (4%). A contrario, l'électorat de Marine Le Pen est plus masculin (24%) que féminin (20%).

Les cadres plébiscitent Macron, Le Pen reine de l'électorat populaire

Le vote de classe donne un éclairage intéressant des réservoirs de voix des différents candidats. On constate qu'un cadre sur trois a porté son choix sur Emmanuel Macron, tandis que Marine Le Pen fait ses plus gros scores chez les ouvriers (37%) et les employés (32%).

Corollaire de son succès chez les plus âgés, le vote des retraités s'exprime d'abord en faveur de François Fillon (36%).

Enfin, le score de Jean-Luc Mélenchon est assez homogène quelle que soit la profession de l'électeur, sauf chez les retraités, chez qui le candidat de la France insoumise pointe seulement à 12%.

Selon le revenu, un vote très polarisé

Qui a séduit les personnes aux revenus très modestes (moins de 1250 euros mensuels) ? D'abord Marine Le Pen avec 32 %, soit 10 points de plus que son score auprès de l'ensemble des Français. Jean-Luc Mélenchon ensuite, qui capte 25% de cette catégorie de revenus. Les plus modestes votent beaucoup moins Emmanuel Macron (14%) et François Fillon (12%).

De l'autre côté de l'échelle, 32% des foyers les plus favorisés (plus de 3000 euros mensuels) ont choisi Emmanuel Macron comme champion. François Fillon recueille 25% des voix dans cette catégorie de revenus, son meilleur score également.

France des villes, France des champs

La France périphérique, celle des villages et des villes de moins de 100 000 habitants, s'est d'abord prononcée en faveur de Marine Le Pen. Mais ces communes que l'ont dit parfois perdantes de la mondialisation n'ont pas rejeté la candidature d'Emmanuel Macron, qui pointe à la deuxième place. Le candidat fait son meilleur score dans l'agglomération parisienne, avec 29% des voix.

Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon se répartissent de façon homogène entre ruraux et urbains. Nicolas Dupont-Aignan réalise son meilleur score à la campagne (7%).

L'électorat catholique divisé

Enfin, le vote selon la religion révèle des enseignements inattendus. L'électorat catholique, que l'ont dit traditionnellement acquis à la droite, ne s'est porté qu'à 28% sur François Fillon (51% chez les plus pratiquants). Le candidat LR est concurrencé par Emmanuel Macron (23%) et même Marine Le Pen (22%).

Jean-Luc Mélenchon séduit massivement les personnes sans religion (28%), ainsi que Benoît Hamon, dans une moindre mesure (9%).

*Enquête réalisée par Internet sur un échantillon de 4698 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de l’individu, région, catégorie d’agglomération.